Skip to content Skip to navigation Skip to search

Le « Paradis d'une folle » – Centre des artistes en résidence Doris McCarthy (Toronto)

1 Meadowcliffe Drive
Toronto (Ontario)
dmair@heritagetrust.on.ca

« Le Paradis d'une folle restera… un lieu pour guérir, pour rire, pour partager des larmes, pour mûrir. » – Doris McCarthy (extrait de Doris McCarthy – My Life, traduction libre)

Le « Paradis d'une folle » était le domicile et l'atelier de la paysagiste, écrivaine et pédagogue canadienne Doris McCarthy (1910-2010). Le site surplombe le lac Ontario le long des falaises Scarborough de Toronto. Doris McCarthy visite la propriété pour la première fois en novembre 1939, pendant une excursion de peinture en plein air. Elle est immédiatement inspirée par les paysages et le cadre pittoresque, et fait l'acquisition de la propriété pour 1 250 $. En 1940, elle fait bâtir un petit chalet sur le site par le constructeur local Forest Telfer.

La mère de Doris, Mary Jane, considère que l'achat est extravagant, appelant l'endroit « ton paradis d'une folle ». Le nom reste ancré dans l'esprit de Doris et la propriété est rapidement connue comme le « Paradis d'une folle » (« Fool’s Paradise »). À l'origine, le chalet n'est qu'une retraite d'été, mais il devient sa résidence permanente en 1946.

Le « Paradis d'une folle » évolue et s'agrandit au fil du temps que Doris McCarthy y passe, au gré de ses préférences personnelles. La structure de plain-pied à ossature de bois possède des ailes attenantes au petit atelier, à la cuisine, à la salle de bains et à la chambre à coucher centraux. L'intérieur du « Paradis d'une folle » suit un tracé irrégulier, dans la mesure où les ailes ont été ajoutées au chalet d'origine, au fil des ans. Le salon/salle à manger arbore de hauts plafonds voûtés à poutres de pin apparentes.

Le grand atelier est équipé d'un poêle à bois Franklin et de grands placards encastrés pour entreposer les toiles et les fournitures artistiques. Un ingénieux dispositif à poulie se trouve de part et d'autre de l'atelier, construit par Doris pour soulever ses grandes peintures afin qu'elle puisse prendre du recul pour les contempler.

L'environnement physique du « Paradis d'une folle » est spectaculaire et inspirateur. La hauteur des falaises au « Paradis d'une folle » est de 57 mètres (187 pieds). La zone abrite de merveilleux points de vue, des arbres mûrs, une mare, un espace vert offrant de vastes panoramas et de majestueuses falaises surplombant le lac Ontario. Calme, isolé et pittoresque, le site se trouve à 30 minutes à peine (21 kilomètres ou 13 milles) du centre-ville de Toronto.

Une pelouse jardinée de plus de 60 mètres (200 pieds) sépare la maison des falaises. Des massifs de fleurs et des arbustes, de même que des arbres fruitiers, des pins, des épicés et des érables plantés sur la propriété par Mme McCarthy, continuent de pousser. Une mare a été ajoutée à l'est de la demeure en 1964 pour refléter le magnifique ciel et la lumière du soleil. Une fontaine, conçue par Bailey Leslie, est située au sud de la terrasse de pierre, accentuant la sérénité du site.

La conservation et l'intendance de la pittoresque propriété de Doris McCarthy lui tenaient à cœur. En 1986, elle cède sept acres (environ deux hectares) de terrain ravineux se trouvant sur le flanc est du « Paradis d'une folle » à l'Office de protection de la nature de Toronto et de la région pour contribuer à la lutte contre l'érosion. L'Office y aménage un sentier de promenade qui est officiellement baptisé sentier Doris McCarthy. Le sentier s'arrête au niveau d'une péninsule que l'on aperçoit des falaises et où se dresse une imposante sculpture publique érigée en l'honneur de Doris McCarthy. En 1998, cette dernière fait don du « Paradis d'une folle » à la Fiducie du patrimoine ontarien tout en conservant un droit de résidence viager.

En 2004, la galerie Doris McCarthy, servant d'entrepôt à une grande collection de ses œuvres ainsi qu'à ses documents personnels, est inaugurée sur le campus de Scarborough de l'Université de Toronto.

Suite à son décès en 2010, la Fiducie fait de la propriété le Centre des artistes en résidence Doris McCarthy.

L'enseignement à l'ancienne

L'enseignement à l'ancienne

Visitez l'école Enoch Turner pour comprendre comment fonctionnait l'enseignement en 1848 dans une école d'une seule classe située au centre-ville de Toronto
Le twitter initial ...

Le twitter initial ...

Découvrez nos propriétés du patrimoine naturel. (Photo : Garth Baker)