Skip to content Skip to navigation Skip to search

XIXe siècle

1800-1863

Après l'adoption de la Loi de 1793 limitant l'esclavage dans le Haut-Canada, des esclaves afro-américains fuient vers le Canada. Dans les années 1840, un système organisé d'aide secrète se développe. Il sera finalement connu sous le nom de chemin de fer clandestin. Dirigé par des abolitionnistes et des Quakers, ce réseau de voies d'évasion construit de manière peu structurée commence dans le Sud des États-Unis, poursuit son chemin vers le Nord moins esclavagiste et s'étend enfin jusqu'au Canada.

1807

La Grande-Bretagne abolit la traite transatlantique des esclaves.

1808

Le Congrès américain adopte une loi interdisant l'importation d'esclaves d'Afrique.

1812

Des volontaires noirs se battent sous le drapeau britannique dans un « Colored Corps » distinct lors de la guerre de 1812. Ils veulent défendre leur nouvelle patrie canadienne et éviter le retour de l'esclavage.

1819

Le lieutenant-gouverneur du Haut-Canada offre des terres à d'anciens combattants noirs de la guerre de 1812 dans le canton d'Oro, créant ainsi un premier établissement noir dans la province.

1828

La première église épiscopale méthodiste africaine (African Methodist Episcopal Church, AME) d'Amherstburg est bâtie.

1829-1830

L'application de Codes noirs oppressifs en Ohio conduit d'anciens résidents de Cincinnati à créer l'établissement Wilberforce, près de la collectivité contemporaine de Lucan, en Ontario.

1830

Josiah Henson s'enfuit du Kentucky avec son épouse et leurs quatre enfants et s'installe près de Fort Erie, en Ontario. Il devient par la suite un abolitionniste noir de premier ordre et un important leader de la communauté.

1831

Le pasteur esclave Nat Turner mène la plus importante révolte d'esclaves de l'histoire américaine. Des dizaines de Blancs sont tués; Nat Turner est capturé et pendu. En réponse à  ces événements, la Virginie promulgue des lois encore plus oppressives à l'encontre des Noirs.

1833

Le Haut-Canada refuse d'extrader les esclaves fugitifs Thornton et Lucie Blackburn. L'affaire fera jurisprudence pour l'extradition d'esclaves fugitifs réfugiés dans le Haut-Canada. Les Blackburn sont autorisés à rester au Canada car leur extradition signifierait le retour à leur condition d'esclave.

1834

L'esclavage est officiellement aboli dans tout l'Empire britannique, le 1er août. Les célébrations du Jour de l'émancipation commencent à être organisées dans les communautés noires de l'Ontario et le sont toujours aujourd'hui.

1837

Un esclave en fuite, Solomon Moseby, est arrêté à Niagara pour avoir volé un cheval afin de s'échapper. Alors qu'il est ramené dans le Kentucky, l'une des premières émeutes raciales du Canada éclate en opposition à son extradition. Deux hommes sont tués et Solomon Moseby s'échappe.

1837

La Rébellion de 1837, conduite par William Lyon Mackenzie, éclate dans le Haut-Canada. Des volontaires noirs, dont Josiah Henson, forment plusieurs « Colored Corps » pour défendre le gouvernement et soutenir les droits des Noirs dans la province.

1837

Thornton Blackburn crée la première société de taxis à Toronto. Sa voiture, rouge et jaune, est tirée par un seul cheval.

1841

L'établissement Dawn est fondé par Josiah Henson et Hiram Wilson près de Dresden, en Ontario.

1842

Le British American Institute ouvre ses portes dans l'établissement Dawn. Il attire des centaines de Noirs qui s’installent dans la région.

1849

L'établissement Elgin et la mission de Buxton sont fondés par le révérend William King sur un terrain de 9 000 acres (3 242 hectares) dans le comté de Kent. Cet établissement est un terminus important du chemin de fer clandestin et attire des centaines de Noirs libres.

1849

Harriet Tubman fuit sa condition d'esclave et retourne à plusieurs reprises dans le Sud des États-Unis pour aider d'autres personnes à retrouver leur liberté.

1849

Josiah Henson publie sa biographie, The Life of Josiah Henson, Formerly a Slave, Now an Inhabitant of Canada, as Narrated by Himself.

1850

La deuxième Loi sur les esclaves fugitifs est adoptée par le Congrès américain. La rigueur de cette nouvelle loi entraîne un afflux massif de Noirs, esclaves et libres, au Canada, où ils cherchent refuge.

1850

La Loi concernant les écoles publiques, promulguée par Egerton Ryerson, oblige les enfants noirs à fréquenter des écoles séparées dans de nombreuses collectivités de la province.

1851

Henry et Mary Bibb publient le premier journal afro-canadien contre l'esclavage, le Voice of the Fugitive, depuis Sandwich (Windsor) dans l'Ouest canadien.

1851

L'Anti-Slavery Society of Canada voit le jour à Toronto.

1851

Une convention nord-américaine est organisée au St. Lawrence Hall de Toronto. Des meneurs de la lutte contre l'esclavage viennent des États-Unis et de l'Ouest canadien pour discuter de l'émigration et d'autres questions connexes.

1852

Le roman d'Harriet Beecher Stowe, La Case de l'oncle Tom, est publié et connaît un succès international, attirant l'attention du monde entier sur les horreurs de l'esclavage.

1853

Le journal abolitionniste The Provincial Freeman est créé par Mary Ann et Isaac Shadd. Mary Ann Shadd est la première femme noire propriétaire et éditrice d'un journal en Amérique du Nord.

1856

L'Église épiscopale méthodiste britannique est fondée dans l'Ouest canadien lorsque certaines sections de l'AME décident de se séparer de leur organisation mère. Le changement de nom est en partie l'expression d'une reconnaissance et d'une gratitude pour la liberté retrouvée dans la colonie britannique.

1857

Dans l'affaire Dred Scott (Missouri), la Cour décide qu'aux États-Unis les esclaves ne sont pas des humains mais des biens et que le Congrès n'a pas le droit d'interdire l'esclavage dans les États.

1858

John Brown organise un congrès à Chatham en vue de constituer une organisation et d'élaborer un plan pour abolir l'esclavage aux États-Unis, s'appuyant sur les réunions secrètes organisées en divers endroits de l'Ouest canadien pour recruter des partisans prêts à joindre sa cause.

1859

John Brown et 21 partisans, dont Osborne Anderson de Chatham, s'emparent de l'arsenal fédéral à Harpers Ferry, en Virginie. La tentative d'abolition de l'esclavage aux États-Unis de John Brown échoue; il est jugé et pendu.

1860

John Anderson (de la région de Brantford) est arrêté sept ans après avoir fui le Missouri, où il avait tué un homme tentant d'empêcher son évasion. Des intérêts internationaux sont en jeu dans cette affaire car les États-Unis veulent que John Anderson soit extradé. L'affaire s'achève sur une fin de non-recevoir en raison d'un détail technique.

1861

La guerre de Sécession américaine éclate. En 1862, l'interdiction faite aux Noirs d'entrer dans l'armée est levée et quelque 1 000 Afro-Canadiens s'engagent dans différents régiments de l'Union Army.

1863

Le président Abraham Lincoln fait la Proclamation d'émancipation, déclarant tous les esclaves libres.

1863

La Commission d'enquête des United States Freemen fait la tournée des établissements noirs en Ontario pour recueillir des informations et faire des recommandations en vue de préparer le passage de l'esclavage à la liberté.

1865

La guerre de Sécession s'achève et le président Lincoln est assassiné.

1865

Le treizième amendement à la Constitution abolit officiellement l'esclavage aux États-Unis.

1883

Josiah Henson s'éteint le 5 mai.

1893

Après une campagne bien organisée par la Kent County Civil Rights League, la ségrégation dans les écoles de Chatham prend fin.

1898

R. Nathaniel Dett devient organiste de l'église épiscopale méthodiste britannique, aujourd'hui chapelle commémorative R. Nathaniel Dett, dans sa ville de Niagara Falls, en Ontario.  Il poursuit sa carrière comme compositeur primé, universitaire et chef de chorale.

XVIIe siècle

XVIIIe siècle

XIXe siècle

XXe siècle

XXIe siècle

Visitez la Case de l’oncle Tom!

Visitez la Case de l’oncle Tom!

Découvrez-en plus sur Josiah Henson, connu pour sa participation au mouvement abolitionniste et au chemin de fer clandestin, en visitant le site historique de la Case de l’oncle Tom, à Dresden
Expositions en ligne

Expositions en ligne

Les récits sur l'Ontario sont intéressants et fascinants. Venez découvrir quelques-unes de ces histoires extraordinaires en visitant nos expositions en ligne.